• Journal

    Tout ce qui ne concerne pas la musique.

  •  Ayant opté pour des études de type scientifique (ce que je commence à regretter amèrement, mais ça sera pour un autre article rassurez-vous), j’ai plusieurs fois eu l’occasion de rencontrer des organismes féministes, dont un en particulier, « Elles bougent ». J’ai déjà eu l’occasion d’écrire au moins deux articles à ce sujet, mais ma vision a beaucoup évolué depuis, et il me semble intéressant d’en reparler.

    http://blogs.esme.fr/media/esme_sudria_association_elles_bougent_partenariat_femmes_ingenieurs_decouverte_actions_2016_01.jpg

    « Elles bougent » est donc une association qui « vise à susciter des vocations féminines pour les métiers d'ingénieurs dans l'aéronautique, le spatial, le transport ferroviaire, le maritime et l'énergie ». Les actions de cette association consistent en des interventions dans les collèges et lycées qui ont pour but de rappeler que, « vous aussi, mesdemoiselles, vous avez le droit de vous orienter vers une carrière scientifique ».

    Jusque là, rien de grave : le concept part d’une bonne intention. En effet, le domaine scientifique est « en mal de femmes » : au lycée, elles représentent près de 79% des effectifs en classe de première L et environ 60% en première ES. La proportion de filles en école d’ingénieur est aujourd’hui de 27%, un chiffre qui peut sembler alarmant bien qu’il ne fasse qu’augmenter.

    Donc finalement, il est légitime d’encourager les jeunes filles à s’orienter vers le domaine scientifique si on part du principe que beaucoup d’entre elles pensent simplement que « ce n’est pas fait pour elles ». Des rencontres avec les marraines de l’association (des femmes qui travaillent dans le domaine scientifique donc) aident ainsi à détruire les préjugés …

    Mais pas trop quand même. Et oui, vous la sentiez venir la critique, n’est-ce pas ?

    Résultat de recherche d'images pour "elles bougent"

    Bon, reprenons : jusque là, Elles bougent est une association aux intentions louables. Pourtant, certains points me dérangent.

    •  Tout d’abord, lors de chaque intervention, les intervenantes insistent sur le fait que « les jeunes filles ne vont pas vers le scientifique car elles pensent que ce n’est pas fait pour elles ». Il se trouve que, oui, certaines jeunes filles pensent qu’elle ne peuvent pas s’orienter vers le scientifique. Pourtant, les mentalités ont bien évolué depuis, elle je trouve cette façon de penser un peu arriérée bien que toujours un peu d’actualité. Ne pensez-vous pas qu’affirmer que les jeunes filles ont besoin d’être encouragées revient à faire de cette règle quelque chose de « normal » ? Je m’explique : étant jeune, je ne m’étais jamais posée de questions quant à mon orientation, et il se trouve que j’appréciais les sciences. Il ne me serait jamais venu à l’idée de me dire que je n’étais pas faite pour ça. Et puis cette première intervention d’Elles bougent m’a appris qu’il était normal pour moi d’avoir besoin d’être encouragée dans cette voie, que j’aurais peut-être même du douter finalement.

     

    C’est comme si cette intervention avait eu l’effet inverse, je ne sais pas si vous comprenez ce que je veux dire …

     

    •  Les interventions n’étaient réservées qu’aux filles. Alors, encore une fois, ça part d’une bonne intention, mais pourquoi ne pas proposer à tout le monde d’y aller ? Cela renforce la différence entre filles et garçons, et l’on revient au point précédent. Sur le coup, j’ai vécu ça comme de la « discrimination positive ». Plus tard, je ne veut pas avoir un poste parce que je suis une femme. Je veux être choisie pour mes compétences, et rien d’autre, sur un pied d’égalité avec n’importe quel autre ingénieur, quel que soit son genre.

     

    •  Le côté « destruction des clichés » m’a aussi bien faite rire. A la fin des interventions, les jeunes filles se voient offrir un petit cadeau : une règle en plastique … Rose. Et oui, la couleur de l’association est le rose. Leur charmant site internet est rose, leurs T-shirts sont roses, leurs goodies sont roses … Et ça parle de détruire les clichés.

     

    https://www.altenrecrute.fr/wp-content/uploads/2018/02/Elles-Bougent_1.jpg

     

    Suite à cette mascarade, quelques années plus tard, j’en suis venue à me poser une question : pourquoi, pour une fille et un garçon d’une même famille, d’à peu près le même âge et élevés de la même façon, la jeune fille s’intéresse-t-elle plus aux matières littéraires et le garçon plus aux matières scientifiques ? Ce sont plusieurs amis qui m’ont fait constater cette différence, et je dois avouer que je ne saurais pas répondre à cette question.

    http://medias.psychologies.com/storage/images/couple/vie-de-couple/hommes-femmes/interviews/serge-hefez-on-ne-nait-pas-fille-ou-garcon-on-le-devient/1818296-1-fre-FR/Serge-Hefez-On-ne-nait-pas-fille-ou-garcon-on-le-devient_imagePanoramique647_286.jpg

    Peut-être qu’inconsciemment, les prouesses littéraires des jeunes filles sont plus mises en valeur que celles des garçons durant l’apprentissage ; peut-être que chacun tente d’atteindre un idéal durant son éducation et ses études, cherche à se rapprocher de ce qui l’attire dans le but d’attirer (hypothèse/20) … Non, vraiment, je ne sais pas. Mais ce qui est sûr, c’est que les mentalités n’ont pas encore totalement changé, mais qu’elles ont bien évolué : de ce fait, les combats sont de plus en plus insignifiants et décrédibilisent la cause (il n’y a qu’à regarder twitter …).

    ~

    Cet article n'est qu'un reflet de ma pensée, et ne prétend en rien être une vérité absolue : je suis ouverte au débat, n'hésitez pas à réagir dans les commentaires ;)

    -----------------------------------------------

    Cet article a été écrit dans le cadre des Eklabugs. Vous pouvez lire les articles des autres participants:

    maya#love
    [Eklabugs] Quelques informations sur le féminisme 

    Ella!
    { Eklabugs } Le féminisme, un combat pour l'égalité

    Tsunn
    Point d'interrogation sur le féminazisme

    Eyael_
    Projet Eklabugs : Aux isthmes, citoyens !

    Décafeine
    Pourquoi le féminisme n'est pas une évidence

    sarah nenty
    Profils féministes

    Sname
    [Eklabugs] Le féminisme: Emma Watson et ses associations qui luttent pour l'égalité

    Mimicat
    Eklabugs # 33 : Le féminisme

     


    8 commentaires
  • Je suis d'humeur un peu nostalgique actuellement, pour la simple et bonne raison que je me suis encore laissée tenter par un film triste. Je n'y peux rien moi, c'est toujours les films que je préfère, ceux que j'ai le plus envie de voir, avec des décors austères et une légère romance qui s'étale sur une heure et demie et qui se termine mal. C'est mon côté fleur bleue qui ressort j'imagine .

    https://static.independent.co.uk/s3fs-public/styles/article_small/public/thumbnails/image/2013/10/24/16/pg-44-selfish-giant.jpg

    The Selfish giant

    le 25/04 : Il se trouve que je n'ai eu que deux heures de cours ce mercredi. J'ai profité de ce temps libre pour aller me promener autour du lycée avec des amis, mais au moment de nous poser quelque part, Stradivarius a décidé de nous laisser en plan pour aller se promener seul.

    J'ai toujours pensé qu'on se ressemblait, lui et moi, et que j'étais en mesure de le comprendre, mais il n'en est rien en réalité. Il n'a jamais été aussi déroutant que ces derniers jours, à éviter ma compagnie, à dire que personne ne lui manquera l'année prochaine, puis à revenir vers moi un peu plus tard. C'est peut-être ça le secret, s'éloigner pour mieux se retrouver.

    Il a une manière d'aborder sa différence qui m'impressionne : au lieu d'accuser la terre entière, il se remet tout simplement en question.

    Et moi, là, à essayer de me donner un genre à toujours rire bêtement, à m'énerver pour rien, à me persuader que le problème vient des autres ... J'aimerais laisser tomber cette mascarade, mais je serais encore plus ennuyeuse que je ne le suis déjà. Et puis ça ferait un décalage, les gens me demanderaient ce qui ne va pas ...

    J'ai parler à Mathyas de Mr Bandana, un gars avec un bandana (oui) qui me regarde des fois quand on se croise. Il a des super yeux bleus et des cheveux très envahissants, il a l'air gentil, et puis ça m'occupe de le chercher du regard au self des fois, c'est comme un jeu.

    Le deuxième cours était un cours de philo avec Mr Hachis. Quand il parle, j'ai l'impression d'écouter un être suprême venu d'une autre planète. C'est un peu comme s'il avait compris le sens de la vie.

    http://www.critictoo.com/wp-content/uploads/2017/02/enquetes-de-morse-saison-4.jpg

    Morse Endeavour

    le 26/04 : Journée fort ennuyeuse. J'ai dû passer un entretien pour l'INSA, et on m'avait expliqué qu'il y aurait une "pause" au milieu de l'entretien pour me laisser le temps de réfléchir ... Ce qui ne m'a pas empêchée de partir pendant la pause, pensant que c'était terminé.

    J'ai réussi à indiquer le chemin à quelqu'un qui n'était pas perdu, pensant qu'elle l'était.

    Ma mère a bien sûr profité du fait d'être sur Rennes pour m'emmener faire du shopping, activité que je déteste au plus haut point. ça s'est évidemment terminé par une recherche de chaussures, ce qui n'a rien d'amusant quand on a 18 ans et qu'on chausse du 34.

    https://i.ytimg.com/vi/htsQ4S4-abk/maxresdefault.jpg

    La confession

    Le 27/04 : Pourquoi continuer à regarder des films tristes ? Personnellement, j'en ressort toujours avec un idéal à atteindre. Il peut être très varié en fonction du film regardé : devenir poète, aider son prochain ... L'effet se dissipe malheureusement après un certain temps.

    Ce qui ne se dissipe pas, en revanche, c'est cette sensation de solitude. Habituellement, je me sens seule au milieu des autres, sans doute par comparaison. Mais il m'arrive de me sentir seule quand je suis seule, alors que j'apprécie ma solitude la plupart du temps. Alors, je m'imagine avec des gens que j'aime, et j'imagine qu'ils m'aiment en retour ...  Et dire que ce n'est que le début des vacances, je ne suis pas sortie de l'auberge ...

    D'ailleurs, j'ai des millions de choses à faire pendant les vacances. Il faut que je me mette au travail rapidement, sinon je risque de le regretter amèrement ...

    "C'est pas triste Satie, c'est nostalgique."


    2 commentaires
  • CEM

    Cette année, je prépare le "CEM", "Certificat d’Études Musicales". Il me servira à certifier que j'ai un bon niveau de solfège et un bon niveau de pratique musicale en gros. Mais le CEM n'est pas un examen comme les autres, à savoir une audition : je dois, pour le passer, préparer un PROJET de A à Z.

    Ce qui est bien, c'est qu'on est assez libre de faire ce que l'on veut où on veut, du moment qu'on joue de la musique. J'ai choisi de préparer un conte musical, ce qui me paraissait être le "choix de la facilité" : pas besoin d'aller imaginer un truc super originale. MAIS il s'avère que je galère un peu à écrire mon histoire pour l'instant, et que je n'ai toujours pas de pianiste fixe pour jouer mes morceaux, bref, c'est un peu le bazar.

    Bref, voici le projet, du moins là où j'en suis.

    Début de l'histoire pour poser les bases :


    La petite fille que vous voyez ici s’appelle Zoé. Elle est tête en l’air, a beaucoup de caractère, possède une crinière de feu et vient tout juste de fêter ses 10 ans. Pourtant, Zoé n’est pas une petite fille comme les autres. Sa particularité ? Elle n’est pas plus haute qu’une pomme ! Elle est ce qu’on appelle une « minuscule ». Vous ne connaissez pas les « minuscules » ? Ce sont des hommes de toute petite taille, comme l’indique leur nom, qui vivent dans nos maisons et nos jardins. Ils ne sortent de leur cachette qu’une fois que nous avons le dos tourné, c’est pourquoi il est est en réalité très difficile de les voir …

    Mais revenons à notre histoire : Zoé vit avec sa famille et d’autres minuscules dans un petit village construit dans le jardin d’une maison en ville. C’est un village semblable à ce que l’on pourrait connaître, nous autres humains, à une différence près : il faut y respecter des règles pour assurer la sécurité de tous les minuscules.

    La première règle est la suivante : « Un minuscule ne doit JAMAIS sortir de sa cachette quand les géants – c’est-à-dire nous, les humains - sont présents ».

    La seconde règle indique ceci : « Un minuscule ne doit JAMAIS partir en expédition s’il n’est pas un adulte ou s’il est seul ». En effet : les minuscules qui ont l’âge de sortir du village partent régulièrement chercher de la nourriture et divers objets dans la maison en petits groupes, ce qu’ils appellent les « expéditions ».

    Enfin, la troisième règle, la plus importante de toutes, stipule qu’« Un minuscule ne doit JAMAIS laisser de traces derrière lui dans la maison des géants ».

    Grâce à ces trois règles, les minuscules vivent une vie paisible malgré leur petite taille sans jamais s’attirer d’ennuis.

    Pourtant, aujourd’hui, rien ne va plus : le grand frère de Zoé, Arold, n’est toujours pas revenu de sa dernière expédition, et cela n’a l’air d’inquiéter personne au village.


     

    CEM

    L'affiche tout d'abord, avec le titre "Zoé et le petit peuple des minuscules" (penser à faire respirer les logos en dessous aussi)

    CEM

    Schéma de la scène comme je l'imagine actuellement

    CEM

    Zoé, héroïne de l'histoire, dessinée par Yoko que vous pouvez retrouver ici

    Si par le plus grand des hasards vous avez lu cet article en entier, n'hésitez pas à me donner votre avis, ça serait super intéressant pour moi. De même, je vous invite à me donner des idées si vous en avez, je compte sur vous ! ;)


    3 commentaires
  •  

    Noël est passé, mais nous sommes toujours en plein dans la période des fêtes, et qui dit période de fête dit Star Wars VIII Non ! (vous aussi, devenez le professionnel des intros grâce à des raccourcis discutables)

    Bref, j'ai fini par aller voir le dernier Star Wars, ce que je n'avais absolument pas l'intention de faire à la base, celui d'avant m'ayant un peu déçue. Voici donc les commentaires que je me suis faits durant cette séance de cinéma :

    1) LE KEVIN DEVANT IL VA VITE LÂCHER SON TÉLÉPHONE AVANT QUE JE NE LE LUI FASSE BOUFFER Pardon je m'égare, recommençons :

    1) Aah, cette police d'écriture ... (positivement ou négativement, je ne sais pas)

    http://storage.quebecormedia.com/v1/jdx-prod-images/static/photo/c7d7d2eb-2362-4cdb-999d-73265ca24b3a_Ilyabienlongtemps02.jpg

    2) Mon dieu, cette musique ... *déferlement de nostalgie"

    3) Carrie Fisher, à jamais dans nos cœurs ... Sérieusement, c'est une actrice que je ne pensais pas voir mourir de mon vivant, ce qui est parfaitement ridicule quand on y pense ... Elle avait vraiment l'air sympathique (et je pense qu'elle l'était), je regrette un peu de ne pas avoir cherché à me renseigner sur son parcours avant sa mort.

    http://www.premiere.fr/sites/default/files/styles/premiere_article/public/thumbnails/image/le_chien_de_carrie_fisher_devant_le_trailer.jpg

     4) Rey et Kylo Ren, c'est canon. Sérieusement, j'ai beaucoup aimé l'évolution de leur relation durant ce film, principalement lors de leur combat côte à côte. J'imagine bien que la fin ne sera pas très "heureuse" à ce sujet, mais j'espère qu'ils arriveront à trouver un compromis quand même. (histoire que ça ne soit pas trop violent) Sérieusement, chaque plan veut nous convaincre que tout n'est pas à jeter dans Kylo Ren, alors si c'est juste pour nous surprendre négativement à la fin ...

    J'aime Tumblr, vraiment

    5) Ce film était bien, vraiment. Je ne me suis pas ennuyée une seconde, j'ai même réussi à me demander plusieurs fois si il n'allait pas s'arrêter en mode "To be continued", mais non, je n'ai pas été déçue. Je suis même pressée d'aller voir la suite maintenant, aled ...

    Bref, je vous conseille d'aller le voir si ça n'est pas déjà fait. J'avais été déçue par le scénario de l'épisode précédent, mais là rien n'était prévisible, j'ai vraiment eu une impression de nouveauté et de progression. Et vous, qu'en avez-vous pensé ?


    8 commentaires
  • A la fin c'est toujours le gentil le méchant

    Impossible ... Serait-ce Vibe que j'aperçois au loin ?

    C'est vrai ça, vous aviez remarqué ? Dans les films et séries policières, ils essaient toujours de nous surprendre à la fin, en déclarant le célèbre "et le coupable c'est vous !", avec un gros plan sur un doigt pointant un des suspects tous réunis dans la pièce. Et le meilleur moyen de nous surprendre, c'est bien évidemment en désignant un personnage auquel on s'est attaché ... J'ai nommé le "gentil". Vous savez, celui qui a été cool pendant tout le film/la série, un peu drôle, qui n'a pas gêné l'enquête, qui n'était pas trop mal physiquement (j'ai dit "attachant" hein) ...

    En cette période de fêtes, je lance donc un message de soutien à tous ces personnages méchants mais quand même un peu gentils, ou gentils mais un peu méchants, parce-que ce n'est pas très gentil d'être méchant, mais quand on est gentil ça passe.

    http://fr.web.img4.acsta.net/newsv7/17/11/28/18/09/1258054.jpg

    Plus sérieusement, je vous souhaite à tous de super fêtes de fin d'année ! Et n'oubliez pas, comme le dit le célèbre dicton ...

    A la fin c'est toujours le gentil le méchant

    "Si Tonton raciste lance un débat, reprends du foie gras"


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique